Profession ou bénévolat

La question est souvent posée par ceux qui entreprennent cette formation-certification.

L’aspect financier du rôle de la doula de fin de vie varie beaucoup selon le contexte et selon les pays. Il peut aller du bénévolat à l’intervention rétribuée par la personne en fin de vie ou sa famille et ses proches.

Durant les premières années de l’existence de ce rôle en Suisse, il ne sera probablement pas possible d’envisager d’en faire une profession à plein temps.

Le Dr. Christophe Fauré, spécialiste de la fin de vie et du deuil a accepté d’être Président d’Honneur de cette formation.